Le Mercure d’Aristide

Le Mercure d’Aristide est un journal culturel lycéen, fondé en février 2000 au lycée Aristide-Briand d’Évreux (Normandie).

Il est publié chaque année en mars au moment de la « Semaine de la Presse et des médias dans l’école ».
Il est distribué gratuitement à 300 exemplaires au sein de la cité scolaire.
Partenaire de la « Semaine de la presse et des médias dans l’école », il met à disposition des établissements scolaires qui le choisissent 100 exemplaires supplémentaires.
Il assure également sa visibilité en proposant sur son site internet [http://lemercure.free.fr] la lecture intégrale de ses journaux sous forme numérique.
Sa rédaction se compose d’une trentaine de rédacteurs qui vont des classes de Seconde aux classes de STS.

C’est une publication qui a une ligne éditoriale exclusivement culturelle : Le Mercure d’Aristide publie des comptes rendus de voyages, des nouvelles ou des poèmes écrits par les membres de sa cité scolaire, des critiques de livres, concerts ou de films, des portraits de membres du lycée et des informations concernant plus particulièrement l’établissement en lui-même…

Cependant, à cause de sa fréquence annuelle de parution, il lui est difficile d’être en phase avec l’actualité.
Depuis près de vingt ans, il défend bec et ongle son existence au lycée face aux organisations syndicales de la communauté éducative qui voudraient lui interdire d’exister au prétexte qu’ « il n’est relu ni par le Proviseur, ni par les membres du conseil d’administration du lycée », alors que ni le Proviseur, ni les membres du conseil d’administration n’en sont directeur de la publication ou membres de la rédaction.

La rédaction du Mercure d’Aristide a déjà réussi, grâce au CLEMI, à l’association Jets d’encre et à l’Observatoire des pratiques de la presse lycéenne, à faire supprimer en 2008 la « commission de censure administrative » qui avait été mise en place en 2000 au sein du lycée sur demande des organisations syndicales qui considèrent toujours d’ailleurs aujourd’hui que « seule une vraie censure forte peut permettre de dresser un rempart dans les lycées contre la bête immonde qui peut facilement s’infiltrer dans toute publication lycéenne » (sic).

Le Mercure d’Aristide respecte scrupuleusement la charte des journalistes jeunes et n’a de cesse de la promouvoir. Elle est d’ailleurs inscrite systématiquement dans l’ours de chacun de ses journaux.
En 2003 et 2011, il a été consacré par le Rectorat de Rouen et la Fondation Alexandre Varenne, meilleure publication lycéenne ex-æquo dans le cadre du concours académique Alexandre Varenne.
En 2014, il a été nominé dans le cadre du concours national Kaléïdo’Scoop.

Pour en savoir plus sur Le Mercure d’Aristide : http://lemercure.free.fr